J. M. Cañellas – Photographie des Artistes

Base JMC. Dernière mise à jour : 17 juillet 2021 ()

Josep Maria Cañellas s’est beaucoup illustré à travers la photographie de nus dont la teneur érotique n’échappera à personne. Cette catégorie de photographies est, de loin, la plus représentée dans les images qu’on pourra consulter ici.
Si cela devait froisser votre sur-moi, faites acte de contrition et passez votre chemin.

Un bref descriptif de la base de données vous est proposé ici : page de présentation.

Formulaire de recherche

Aide




1
s/n
96-417
Photo 96-417 [JMC s/n]
Repro. : Google Books
Catég.Portraits
Thèmesartistes ; danseuses ; cancan ; sous-vêtements
Techniquetirage papier

Métadonnées

ME (№ 096)

Titre[Femme de dos relevée]
Datation1895-1898
Loc.BnF
Notes GCBnF : carton support avec l'adresse 60, boulevard de Clichy. ME : erreur de datation. Le catalogue inverse systématiquement les dates de présence de Cañellas à l'atelier du 60, boulevard de Clichy [1893-1895] avec celles de sa présence à l'atelier du 65, rue des Abbesses [1895-1898].

Métadonnées

Google Books (MCHP)

TitreLa danseuse Krikri
Desc."Portrait retroussé" par Joseph Canellas

Observations

Repro.MCHP : reproduction extraite d'un scan du livre "Secrets d’État" de Bruno Fuligni (Éditions de l’Iconoclaste, 2014) sur Google Books. Elle apparaît p. 118 avec pour légende "L'actrice Krikri". Elle est sourcée "© Joseph Canellas/Musée Carnavalet/Roger-Viollet". Cette reproduction est légèrement recadrée par rapport à celle reproduite dans le catalogue du musée de l'Empordà.
Notes GCCricri, Cri-cri ou Krikri. Vraisemblablement le portrait d'une danseuse du Moulin Rouge. La « môme Cricri » est un nom de scène adopté par plusieurs danseuses successives de l'établissement. Il est encore attesté dans les années 1920. Une « môme Cricri », sœur de la « Macarona » (alias Georgette la Vadrouille), est évoquée parmi les danseuses du Moulin Rouge dans les mémoires imaginaires de la Goulue rédigées par Michel Souvais (« Moi, la Goulue de Toulouse-Lautrec: les mémoires de mon aïeule »). Le musée de l'Empordà source la photographie « BnF » sans lui donner de titre (mais attribue, peut-être à tort, le nom « Cricri » à id. 100). L'ouvrage « Secrets d'État » source « Musée Carnavalet / Roger-Viollet ».